Propriétaire - Eleveur

Nos Vins Blancs

Bourgogne Aligoté

Caractères :

Le Bourgogne aligoté est un vin blanc gourmand, jeune, branché, un rien décalé. Il s’habille d’or pâle. Tout en justesse de goût, son bouquet est fruité (pomme, citron) ou floral. En bouche, ce vin énergique stimule les papilles.

 

Terroirs : 
Variées en raison de la diversité des aires viticoles, les vignes plantées de ce cépage reposent généralement sur une assise calcaire, souvent mariée à des marnes et argiles. Le Bourgogne aligoté est souvent un vin de coteau. Un peu d’altitude ne lui déplaît pas.

 

Situation

Le cépage Aligoté est connu en Bourgogne dès le XVIIème siècle. Il s’y épanouit à merveille. Il se décline en Saône-et-Loire, en Côte-d’Or et dans l’Yonne en reflétant la diversité de ces terroirs. Ce cépage bénéficie de l’appellation BOURGOGNE ALIGOTÉ depuis 1937.

 

Accords Mets et Vins : 
Longtemps associé au Kir, le Bourgogne aligoté fait valoir ses qualités gustatives pures et rayonne maintenant par lui-même. Il s’accorde parfaitement aux poissons grillés. Sa vivacité et sa note d’agrumes résistent bien à l’iode des huîtres tout comme aux effluves fortes des fromages de chèvre. Plus simplement, le Bourgogne aligoté est un des rares vins à amadouer les salades, les taboulés ou les légumes vapeur. Il est également un fidèle compagnon des gougères bourguignonnes, des escargots et bien entendu du jambon persillé.
Température de service : 11 à 12 °C.

 Caractères :
sa robe décline de l’or blanc à l’or pâle, voire or jaune pour des vins élevés en fûts. L’aubépine, le chèvrefeuille, se mêlent à la pomme, au citron, à l’ortie blanche, à la noisette. En bouche, on trouvera du gras, une constitution solide, équilibrée et ce côté un peu fringant que l’on remarque aisément. Ce dernier lui permet d’ailleurs de bien vieillir.

 

Terroirs : 

Ce vignoble est situé entre 300 et 400 mètres d’altitude. La vigne occupe les versants des vallées incisant les plateaux du calcaire jurassique, à l’ouest de « la côte ». Le substrat est identique à celui de la côte, mais les formations superficielles sont très minces, voire inexistantes. Les sols argilo-calcaires, résultent de l’altération des calcaires et des marnes du substrat.

 

Situation : 

« Les raisins de l’espérance » : promis à la disparition, ce vignoble a su mener à bien une reconquête patiente et courageuse. Surplombant la côte de Gevrey-Chambertin jusqu’au bois de Corton, les Hautes Côtes de Nuits sont empreintes d’une beauté sauvage. Il faut partir à la découverte des petits villages nichés aux abords des forêts. La vigne s’approprie tous les coteaux bien exposés et garde fièrement les secrets de ses lettres de noblesse héritées de Vergy et de l’Abbaye de Saint-Vivant. Elle les dévoilera aux palais attentifs, en compagnie de ses vignerons qui, à l’instar du paysage, ont du caractère et un profond attachement à leur terroir. Les routes qui vous y conduisent, sinueuses, accidentées à souhait, font le ravissement des cyclistes. Les sentiers de randonnées cheminent de combes en collines, reliant les gîtes et les chambres d’hôtes blottis au cœur des villages. Vous y trouverez, c’est sûr, des portes s’ouvrant sur des caveaux.

 

Accords Mets et Vins :

Sa personnalité fringante et harmonieuse le destine parfaitement au tarama, aux poissons à la vapeur et aux crustacés. Rehaussé par une pointe de vivacité, il accompagnera le jambon persillé et les escargots. À maturité, il s’associera très bien à un foie gras au sel. Fromages : roquefort, aisy cendré, comté affiné, chaource.
Température de service : 10 à 13 °C.

 

Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits

Caractères : 

or à reflets émeraude ou paille pâle, il a le nez floral et riant. Son bouquet est volontiers beurré, brioché. Accents de citron, de pamplemousse, parfois minéraux. L’attaque, la vivacité contribuent à la franchise d’un vin net et franc, où s’exprime un gras persistant et quelquefois épicé, assez charnel.

 

Accords Mets et Vins : 

Derrière une attaque vive et franche, qu’apprécieront les poissons d’eau douce en sauce blanche ou encore les omelettes et œufs brouillés, son bouquet riche et onctueux assurera une finale aimable et reposante. Il apprécie les fromages de chèvre, les gruyères, le comté, le cîteaux.
Température de service : 11 à 12 °C.

 

Situation

Comme une carte qui se déplie, le paysage s’élargit entre la Montagne de Corton et Beaune. Les hauteurs de la Côte de Beaune prennent un peu de recul, de part et d’autre d’une petite rivière le Rhoin. Le vignoble est ancien. Il a longtemps appartenu au domaine Ducal, aux abbayes voisines, aux chevaliers de Malte. L’important château du XIVème siècle signale les prétentions légitimes du cru. L’Appellation d’Origine Contrôlée a été instituée en 1937.

 

Terroirs : 

Sur des coteaux s’élevant en pente douce puis plus ferme, de 250 mètres à 400 mètres d’altitude, on trouve le cône alluvial du Rhoin et ensuite la géologie de la Montagne de Corton. Côté Pernand-Vergelesses, l’exposition plein sud bénéficie de sols graveleux, parsemés d’oolithe ferrugineux. En descendant, le calcaire brun-rouge devient plus argileux, caillouteux. En face, le coteau regarde le levant sur des terrains calcaires à nuances sableuses.

Savigny-les-Beaune "Les Vermots"

Nos Vins Rouges

Caractères

Les rouges et rosés proviennent du Pinot Noir, du Gamay Noir à jus blanc ou du César.
Les blancs sont issus du Chardonnay, de l’Aligoté, du Melon de Bourgogne, du Pinot Blanc et du Pinot Gris. La diversité de terroirs et de cépages procure à cette appellation une large palette de vins, fruités et friands. Ils offrent aussi l’intérêt de faire découvrir certains cépages anciens mais peu connus, pour le bonheur de l’amateur curieux.

 

Accords Mets et Vins : 

Ce Bourgogne tendre et fruité accompagne des mets de force aromatique moyenne, ou des viandes blanches et délicates. On l’associe volontiers aux volailles, au lapin, aux pâtes et riz en sauce tomate, aux légumes vapeur. La rondeur de ses tanins pourra même accompagner des poissons pour les inconditionnels des vins rouges.
Température de service : 12 à 14 °C.

 

Situation :

L’appellation Coteaux Bourguignons, créée en 2011, s’épanouit sur 4 départements et dans les trois couleurs : rouge, blanc, rosé. La particularité du COTEAUX BOURGUIGNONS est de pouvoir être un vin d’assemblage ou un vin monocépage, et de faire quelques fois appel à des cépages anciens. Clairet peut remplacer le mot rosé.

 

Terroirs : 

Une infinie variété de terroirs depuis le soubassement crayeux des environs de Joigny, au nord, jusqu’aux granites de la Bourgogne du Sud, en passant par les calcaires et les marnes les plus souvent porteurs de l’appellation.

Côteaux Bourguignons

Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits

Caractères : 

Ces vins se situent dans la lignée du Bourgogne au XVlllème siècle : « plein de feu, de montant et de légèreté, presque tout esprit », disait l’abbé Claude Arnoux, auteur du premier livre sur les vins de Bourgogne (1723).
Pourpre ou rubis sombre, souvent porté sur la framboise, un vin cerise, réglisse, parfois violette. Une saveur franche et ferme, des tanins plaisants à maturité, du corps mais sans excès.

 

Accords Mets et Vins : 

Avec un tempérament raisonnable, ni trop carré de tanins, ni trop charnu, il plaît aux viandes blanches comme le lapin mais aussi à l’agneau et au canard. Il supportera une cuisine très légèrement épicée et surprendra sur des plats salés/sucrés (canard à l’orange, tajines…). Un vin recommandable sur de nombreux mets car d’un équilibre très aimable.
Fromages : soumaintrain affiné, nuits d’or, reblochon fermier, morbier.
Température de service : 14 à 16 °C. Petit conseil : réchauffez votre verre quelques minutes au creux de vos mains, pour profiter pleinement des arômes.

 

Situation : 

« Les raisins de l’espérance » : promis à la disparition, ce vignoble a su mener à bien une reconquête patiente et courageuse. Surplombant la côte de Gevrey-Chambertin jusqu’au bois de Corton, les Hautes Côtes de Nuits sont empreintes d’une beauté sauvage. Il faut partir à la découverte des petits villages nichés aux abords des forêts. La vigne s’approprie tous les coteaux bien exposés et garde fièrement les secrets de ses lettres de noblesse héritées de Vergy et de l’Abbaye de Saint-Vivant. Elle les dévoilera aux palais attentifs, en compagnie de ses vignerons qui, à l’instar du paysage, ont du caractère et un profond attachement à leur terroir. Les routes qui vous y conduisent, sinueuses, accidentées à souhait, font le ravissement des cyclistes. Les sentiers de randonnées cheminent de combes en collines, reliant les gîtes et les chambres d’hôtes blottis au cœur des villages. Vous y trouverez, c’est sûr, des portes s’ouvrant sur des caveaux.

 

Terroirs : 

Ce vignoble est situé entre 300 et 400 mètres d’altitude. La vigne occupe les versants des vallées incisant les plateaux du calcaire jurassique, à l’ouest de « la côte ». Le substrat est identique à celui de la côte, mais les formations superficielles sont très minces, voire inexistantes. Les sols argilo-calcaires, résultent de l’altération des calcaires et des marnes du substrat.

Savigny-les-Beaune "Les Petits Picotins"

Caractères :

robe cerise profonde, pourpre à reflets grenat, puis un bouquet porté sur les petits fruits noirs et rouges (cassis, cerise, framboise), ainsi que sur les fleurs (violette). Le corps est discrètement tannique, étoffé. Il préserve son fruit. Rondeur et volume, l’équilibre et la puissance en de justes proportions évoquent souvent les griottes avec une belle élégance.

 

Accords Mets et Vins : 

Son volume et sa puissance tout en rondeur accompagneront de plaisantes et goûteuses pièces de bœuf, voire un foie gras poêlé. Sur une volaille rôtie bien croustillante, sa personnalité charnue pourra jouer avec les fibres un peu sèches d’une volaille, ainsi qu’avec celles, plus aromatiques, d’une volaille laquée ou caramélisée. Pour les fromages, il préfère ceux à saveur douce du type chaource, brie de Meaux, tomme, reblochon, cantal, mont d’or, époisses.
Température de service : 15 °C.

 

Situation

Comme une carte qui se déplie, le paysage s’élargit entre la Montagne de Corton et Beaune. Les hauteurs de la Côte de Beaune prennent un peu de recul, de part et d’autre d’une petite rivière le Rhoin. Le vignoble est ancien. Il a longtemps appartenu au domaine Ducal, aux abbayes voisines, aux chevaliers de Malte. L’important château du XIVème siècle signale les prétentions légitimes du cru.

 

Terroirs : 

Sur des coteaux s’élevant en pente douce puis plus ferme, de 250 mètres à 400 mètres d’altitude, on trouve le cône alluvial du Rhoin et ensuite la géologie de la Montagne de Corton. Côté Pernand-Vergelesses, l’exposition plein sud bénéficie de sols graveleux, parsemés d’oolithe ferrugineux. En descendant, le calcaire brun-rouge devient plus argileux, caillouteux. En face, le coteau regarde le levant sur des terrains calcaires à nuances sableuses.

Savigny-les-Beaune 1er Cru "Aux Serpentières"

Caractères :

Il faut prendre garde aux idées toutes faites : la célébrité du Pommard au XIXème siècle lui vaut l’image d’un vin insistant et viril. En réalité, les terroirs, les vinifications et l’âge nuancent ce portrait pour offrir un vin riche en sensibilité. Rouge profond, rubis pourpre foncé, sa robe aux lueurs mauves rappelle le mot de Victor Hugo : « C’est le combat du jour et de la nuit ! ».
Arômes de mûre, myrtille ou encore de groseille, noyau de cerise, prune mûre. Une évolution féline et sauvage n’est pas rare avec le temps. La maturité l’oriente vers le cuir, le chocolat, le poivre. Un vin à laisser un peu vieillir afin qu’il s’ouvre
pleinement : texture ronde, structure délicate et affirmée, fruité en bouche, la mâche tannique prenant alors son arrondi.
Riche ? Assurément

 

Accords Mets et Vins : 

Cet illustre représentant de la Côte de Beaune se régale avec les viandes sauvages, car ses tanins sont massifs et denses. Gibiers à poils et à plumes, braisés, ou rôtis trouveront dans le Pommard, surtout avec les Premiers Crus, un interlocuteur indispensable. Les pavés de bœuf, l’agneau ou les volailles en civet apprécieront aussi la texture ferme de ses tanins et ses arômes concentrés. Il apprécie naturellement la compagnie des fromages aux saveurs développées : époisses, langres, soumaintrain mais également comté.
Température de service : 14 à 16 °C.

 

Situation :

Le type même du vin de Bourgogne depuis plusieurs siècles : rouge, coloré, bouqueté, ferme et loyal. Pommard : ce nom généreux sonne bien. Il emplit à lui tout seul le verre et la bouche. Situés en Côte de Beaune, entre Beaune et Volnay, Pommard, ses crus et ses belles demeures marquent l’endroit où la Côte s’incline légèrement du côté d’Autun. Jadis la terre a appartenu ici aux ducs de Bourgogne, à des établissements religieux dont l’abbaye de Cîteaux, et à de vieilles familles comme les Marey-Monge… Dès le Moyen-Âge, on voyait le Pommard comme « la fleur des vins du Beaunois ». C’est le vin de référence…
Exclusivement un rouge issu du Pinot Noir. L’Appellation d’Origine Contrôlée a été reconnue en 1936, parmi les premières.

 

Terroirs : 

Sur la partie la moins élevée, des alluvions anciennes, puis au milieu des coteaux, les sols argilo-calcaires sont bien drainés grâce à un cailloutis de débris rocheux. En montant encore, on trouve des marnes oxfordiennes (jurassique), des sols bruns calciques et bruns calcaires. L’oxyde de fer rougit parfois la terre. Expositions au levant et au midi. Altitude : entre 250 et 330 mètres.

Pommard

Nuits-Saint-Georges "Aux Saints Juliens"

Nuits-Saint-Georges 1er Cru "Aux Bousselots"

Caractères :

Ce vignoble comprend deux parties, l’une de Vosne-Romanée à la combe de la Serrée, l’autre vers le Midi. Des nuances apparaissent ainsi parmi les vins. Sous une robe pourpre crépusculaire, intense et tirant parfois sur le mauve, le rouge évoque souvent la rose et la réglisse. Arômes de jeunesse : cerise, fraise, cassis. De maturité : cuir, truffe, fourrure, gibier. Des notes
de fruits macérés (pruneau) complètent le bouquet. Vigoureux et corsé, il a du corps et de la mâche, sur une structure équilibrée et charpentée. Long en bouche, il s’apprécie pleinement après quelques années de garde : la maturité l’arrondit de façon sensuelle et racée.

 

Accords Mets et Vins : 

Corsé et puissant, il donne à la Côte de Nuits ses lettres de noblesse et son caractère trempé. Rien de plus normal qu’il se mette à table avec les viandes à la fois goûteuses et viriles, agneau rôti, côte de bœuf, magret de canard en capturant leurs fibres dans un filet solide. De même pour le gibier à poils, flatté par les arômes sauvages et animaux apparaissant avec l’âge
de la bouteille. Les gourmets le servent également avec certains poissons comme une carpe en matelotte au vin rouge. Enfin, les fromages à pâte molle et à croûte lavée du type époisses, langres ou soumaintrain.
Température de service : 15 à 16 °C.

 

Situation : 

Ville affable et très vivante, Nuits-Saint-Georges est depuis des siècles une active cité du vin. Elle donne son nom à la Côte de Nuits et se place sous l’étendard de Saint-Georges, son cru le plus fameux. Instituée dès septembre 1936, son Appellation d’Origine Contrôlée réunit Premeaux-Prissey à cette commune. La plus grande partie de la production est issue du Pinot Noir

 

Terroirs : 

Dans la partie nord, les sols proviennent des limons à cailloutis descendus de la Côte, des alluvions de la vallée du Meuzin quand ils ne se situent pas en haut de coteau. Dans la partie sud, les limons du bas proviennent de la combe des Vallerots (terre profonde, marno-calcaire) alors qu’au sommet du coteau, on caresse le rocher. Exposition le plus souvent au levant ou sud-est.

Nuits-Saint-Georges 1er Cru "Les Cailles"

Caractères :

Un vin vermeil, d’une nuance variant du rubis pur à la tulipe noire et souvent soutenue. Une robe rouge feu, allant parfois jusqu’au grenat, tirant sur le pourpre sombre. Le fruit bien mûr sur fond épicé constitue le bouquet fréquent, assorti de fraise et de framboise, de myrtille et de cassis. Ce complexe d’arômes fondus et raffinés évolue avec l’âge vers la cerise à l’eau-de-vie, le confit, le cuir et la fourrure, la gibecière de retour de la chasse aux bois. Au palais, velours et distinction, on y trouve la plénitude du Pinot Noir de haute école. Un vin de garde bien sûr, équilibrant richesse et tanins, texture et architecture sous une attaque bien enlevée. Le fond peut paraître austère dans sa jeunesse : il doit développer en bouteille sa structure et son gras. Souvent corsé, un nu de Rubens, voluptueux et sortant de son cadre.

 

Accords Mets et Vins : 

Sous une architecture tannique puissante, mais veloutée à souhait, ce vin opulent, charnu et épicé, préfère les viandes fortes et aux fibres bien dessinées, qu’il pourra dompter et envelopper. Les belles volailles rôties, l’agneau patiemment rôti au four et le gibier à plumes rôti auront de loin sa préférence. Mais un pavé de bœuf maigre et ferme en bouche y trouvera une réponse tout en rondeur, et les couscous épicés à la volaille seront également ravis. Avec les gourmets, l’accord original sur un foie gras poêlé a aussi ses aficionados. Compte tenu de sa présence, il pourra être associé aux fromages à saveurs intenses comme l’époisses, le langres, le saint-florentin, l’aisy cendré mais également le cîteaux.
Température de service : 14 à 16 °C.

 

Situation : 

« La Bourgogne n’a rien fait de mieux que ce petit coin où elle a réunit ses enchantements », écrit Gaston Roupnel l’écrivain bourguignon. La « perle du milieu du collier bourguignon » comporte de fabuleux Grands Crus : Romanée-Conti, Romanée Saint-Vivant, La Romanée, La Tâche, La Grande Rue, Richebourg et sur la commune voisine de Flagey-Échezeaux, Échezeaux et Grands-Échezeaux. Proche du paradis, instituée en 1936, l’appellation VOSNE-ROMANÉE et ses Premiers Crus partagent l’expression la plus sublime du Pinot Noir.

 

Terroirs : 

L’appellation se situe de part et d’autre des Grands Crus, soit en haut du coteau, soit sur le piémont, prolongeant parfois ceux-ci à la même altitude. On y trouve calcaires mêlés à des marnes argileuses selon une profondeur qui varie de quelques dizaines de centimètres à 1 mètre. Exposition au levant.

Vosne-Romanée

Caractères : 

Le Chambolle-Musigny est un vin rouge présenté souvent comme le plus « féminin » de la Côte de Nuits. L’intensité et la finesse s’y expriment en effet avec une élégante subtilité. Au regard, un rubis vif, auréolé de reflets brillants et lumineux. Il peut s’assombrir un peu, gardant tout son éclat. La violette, les petits fruits rouges (fraise, framboise) composent son bouquet d’une typicité marquée. Plus âgé, il évolue vers le fruit mûr épicé, le pruneau, ou vers la truffe, le sous-bois et l’animal. Riche, bouqueté et complexe, il tapisse le palais de soie et de dentelle. Sa délicatesse charnue ne l’empêche pas de conserver une structure solide et durable. Assez moelleux, peu portés sur l’acidité, ses tanins restent caressants.

 

Accords Mets et Vins : 

Son profil associant puissance et féminité, on lui donnera des viandes goûteuses et sophistiquées comme le gibier à plumes, en sauce par exemple, un chapon de Bresse ou un agneau longtemps rôti. Idem avec le veau rôti, dont la fibre subtile sera délicatement enrobée par les tanins soyeux mais denses des Chambolle et notamment, des Premiers Crus.
Pour les fromages, préférez ceux à saveur douce tels que le brillat-savarin, le reblochon, le cîteaux, le vacherin, le brie de Meaux ou le chaource. Les fromages à croûte lavée l’apprécient aussi, grâce à sa grande complexité aromatique.
Températures de service : 12 à 14 °C en vin jeune, 14 à 16 °C en vin plus mûr.

 

Situation

Ce petit village de la Côte de Nuits n’a guère voulu s’étendre tant sa terre y est précieuse. Tout juste a-t-on laissé croître un tilleul Sully de 5 mètres de circonférence ! Ancienne dépendance de l’abbaye de Cîteaux, Chambolle-Musigny compte deux superbes Grands Crus : Bonnes-Mares, formant le trait d’union avec Morey-Saint-Denis et Musigny, en haut du Clos de Vougeot. Il s’enrichit également d’un prestigieux Premier Cru : Les Amoureuses, parmi les belles cuvées du village.
L’Appellation d’Origine Contrôlée date de septembre 1936 : l’une des toutes premières en France.

 

Terroirs : 

Entre 250 et 300 mètres d’altitude, face au levant, le coteau est proche de la roche-mère au sol peu épais. De nombreuses fissures dans le calcaire dur permettent aux racines de chercher leur bonheur loin dans le sous-sol jurassique. Des blocs et graviers assurent un bon drainage au bas de la combe.

Chambolle-Musigny 1er Cru

Caractères :

La vaste superficie du Grand Cru et le nombre élevé des Climats expliquent les nuances constatées dans les caractères de ces vins. e Corton s’affiche pourpre soutenu, velours rouge sombre à densité magenta. Ample, son bouquet s’exprime sur des accents fruités (myrtille,
groseille, kirsch) ou fleuris (violette), évoluant vers le sous-bois, l’animal, le cuir, la fourrure, le poivre, la réglisse. Au palais, il est puissant et corsé, structuré, volontiers démonstratif : de la mâche et du corps. Ferme et franc, gras, il a besoin du temps pour s’épanouir (4 à 12 ans)

 

Accords Mets et Vins : 

Solide et opulent, le Corton est une figure emblématique de la Bourgogne, avec une grande complexité, une mâche impressionnante faite de sensualité et de structure à la fois. Pour cette raison, les fromages intenses à croûte lavée et les bleus sauront le dompter. Mais c’est sans conteste avec les viandes fortes qu’il se prêtera le mieux aux confidences, jouant du même registre, celui de la force et de l’intensité aromatique : avec une pièce de bœuf, rôtie ou grillée, et tous les gibiers, à plumes comme à poils, rôtis, braisés et bien sûr en sauce.
Température de service : 14 à 16 °C.

 

Situation

La Montagne de Corton réunit les villages de Ladoix-Serrigny, Aloxe-Corton et Pernand-Vergelesses, entre la Côte des Pierres (au sud de la Côte de Nuits, où la vigne se mêle aux carrières de pierre de Comblanchien) et Savigny-lès-Beaune (au nord de la Côte de Beaune). Le vignoble s’étage entre 250 et 330 mètres d’altitude, formant un amphithéâtre sans autre exemple dans la Côte.
Outre le Corton-Charlemagne en blanc, la Montagne de Corton produit le Corton : « le roi des bons-vivants » selon l’expression de Camille Rodier.
Reconnu le 31 juillet 1937, ce Grand Cru se décline surtout en rouge (il peut alors porter le nom de son Climat, au nombre de 25) mais il existe aussi en blanc (volume peu élevé).

 

Terroirs : 

Orienté sud-est/sud-ouest (peu fréquent dans la Côte), ce coteau offre une coupe géologique parfaite : les couches jurassiques oxfordiennes sont ici entre Ladoix et Meursault plus jeunes que dans le reste de la Côte (145 millions d’années). À mi-coteau, le sol en pente douce est rougeâtre et caillouteux, brun calcaire, riche en marnes à forte teneur en potasse. Il offre au Pinot Noir son plein épanouissement. Le Chardonnay (Corton-Charlemagne) occupe la partie supérieure du versant.

Corton Grand Cru "Les Renardes"

Nos Vins Effervescents

Caractères des Vins :

Il est un vin plein de jeunesse, d’audace. Tout concourt à souligner sa fraîcheur, sa vivacité. Avec le temps, il acquiert la sagesse d’un grand vin !
Le Crémant de Bourgogne conserve un caractère vif et tranché. Demi-sec ou sec, cette vivacité se transforme en douceur et fait place à une nouvelle saveur : la sucrosité.
Le blanc s’habille habituellement d’une couleur or blanc. La bulle est fine et forme un délicat collier de perles. Les arômes d’agrumes, floraux ou minéraux accompagnent fraîcheur et élégance en bouche avec une acidité qui permet l’équilibre entre la puissance aromatique et la légèreté recherchée.
Le blanc de blancs, se parfume de fleurs blanches, d’agrumes ou de pomme verte. Avec le temps, les arômes évolueront sur des notes de fruits à noyau comme l’abricot, la pêche et le pain grillé.
Le rosé, élaboré à partir du Pinot Noir, avec ou sans Gamay, se pare d’une robe d’or rosé. C’est un vin délicat aux subtils arômes de fruits rouges.

 

Terroirs : 

Les raisins utilisés pour la production de Crémant de Bourgogne proviennent de terroirs très variés des différents vignobles de la Bourgogne, depuis le soubassement crayeux des environs de Joigny jusqu’aux granites de la Bourgogne du sud, en passant par les calcaires des côtes et les marnes les plus souvent porteurs de l’appellation.

 

Accords Mets et Vins : 

Si les Crémant de Bourgogne sont parfaits à l’apéritif, ils accompagnent à la perfection un repas. Les Crémant de Bourgogne blancs, s’accordent sur des entrées comme un confit de volaille aux poires et fruits secs. Les Crémant de Bourgogne blancde blancs accompagnent des noix de Saint-Jacques ou poissons de rivière. Les Crémant de Bourgogne blanc de noirs font un beau mariage avec une queue de bœuf braisée et des escargots en coque de pomme de terre. Il accompagne idéalement une volaille fermière, par exemple une poularde de Bresse. Le Crémant de Bourgogne rosé est un vin de dessert judicieux aux arômes puissants de fleurs qui s’allient parfaitement aux glaces et apportent la fraîcheur sur une fin de repas. Il s’accorde parfaitement aux petits fours et ses arômes fruités trouvent l’association parfaite sur un sorbet aux fruits rouges.
Températures de service : entre 4 et 8 °C à l’apéritif et en dessert, 6 à 9 °C à table.

 

Situation

Le vin effervescent de Bourgogne entre dans l’Histoire en 1830 sous la plume de Musset qui le célèbre dans les « Secrètes pensées de Raphaël ». À Chablis, Nuits-Saint-Georges, Rully et Tonnerre, il naît en effet au début du XIXème siècle et depuis il ne cesse de pétiller. On rendra longtemps effervescentes des cuvées nées des Grands Crus de Bourgogne. L’appellation Crémant de Bourgogne salue en 1975 des conditions de production strictes, un savoir-faire traditionnel, rigoureux et une vinification de haute qualité. Ce vin existe seulement en blanc et en rosé ; en blanc de blancs ou en blanc de noirs ; bruts surtout, moins souvent demi-sec. L’aire d’appellation couvre l’aire délimitée de l’appellation BOURGOGNE.

Crémant de Bourgogne Blanc et Rosé

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Vigneron - propriétaire

Cliquez pour agrandir